PASSAGER
PASSAGER
32,00

29 en stock

PASSAGER

d’Arnaud Brihay

3 cahiers cousus et assemblés
84 pages
couverture avec rabat
15×21 cm

70 exemplaires

page 5

page 12

page 15

page 8

page 25

page 32

 

De ces pièces et lumières
en routes et cieux
– saisies ne sont qu’ordinaires

Ce commun qui de mes pas
me pousse et me tire
tant à la solitude
qu’en des chambres passantes

Je croise et je vois
dans la vie souciante
une femme impudente
Sans aucun autre regard

Se reprend elle fuit
en ombre devenue
de ses mains elle n’empêche
à la vue d’y tenir

Mes yeux aveuglés
chantent dans le silence
cette odeur certaine
des breuvages d’origines

S’accouche alors
un orgasme inédit
une lumière un vertige
au travers du rideau

Banlieues et montages
d’arbres et de chiens seuls
s’esquissent à nouveau
– En regard je repars

A.B.

le site de l’auteur : http://brihay.com/

Passager

Qu’est-ce qu’exister, au juste? Surtout, comment répondre à cette question sans les recours convenus aux grandes orgues intimidantes et tympanisantes de la métaphysique, ni aux échappées dans une poésie de mauvais aloi, qui ne constituent que des manœuvres dilatoires ?
Il y a une manière simple de tenter l’exercice, pourtant; revenir à la source étymologique du mot: ex-sistere.
Sistere, dérivant de la racine indoeuropéenne sta, qui veut dire se tenir debout, immobile (d’où vient le latin stare), signifie placer et/ou se placer.
Exister c’est donc placer et/ou se placer « ex » — hors de : à la fois se placer et se déplacer, bref agir pour trouver ses (bonnes) places.

Michel Lussault

Géographe, professeur ENS de Lyon.
Directeur de l’école urbaine de Lyon : Monde urbain & anthropocène.